Une bonne nouvelle pour les indépendants qui veulent ouvrir leurs établissements Horeca.

Le gouvernement Michel a rendu officiel l’installation d’un seuil de revenus pour les indépendants. En pratique, il s’agit d’instaurer une progressivité dans les cotisations sociales payées par l’indépendant qui se lance.

Jusqu’à présent, tous les indépendants qui se lançaient à titre principal devaient payer une cotisation trimestrielle minimum de 680 euros, sans tenir compte du niveau des revenus.

En avril 2018, ce ne sera plus le cas.

En effet, à partir du second trimestre, l’indépendant qui est dans sa première année d’activité et qui dispose de rentrées financières inférieures à 1.108 euro par mois ou 13.296 euros annuels, devra payer une cotisation réduite de 350 euros par trimestre. 

De plus, malgré cette cotisation rabotée, la couverture ne change pas et permets à tous les indépendants de bénéficier des mêmes droits sociaux que les autres.

Dans les faits, plus de 11.000 starters pourraient potentiellement bénéficier de cette réduction de 110 euros  par mois  dès avril 2018. À l’avenir, ce dispositif pourrait s’étendre  aux 2e et 3e années d’activité                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Pour rappel, la Fédération Horeca Bruxelles dispose d’un partenaire – Hospitality Tourism & Commerce (UPHTC) - qui conseille tous les indépendants ou nouveaux indépendants qui souhaiteraient se lancer.

N’hésitez pas à le contacter au 02.513 78 14 ou à l’adresse mail : [email protected]

CT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Félicitations aux établissements et chefs bruxellois - Kenzo Nakata (Gramm – Bruxelles), pour son prix de jeunes chefs de l’année, « Le 203 » pour son « prix-plaisir » de l’année et l’établissement Nona pour son entrée dans les nouvelles adresses POP (pour Populaires) et bon travail aux nombreux futurs gagnants bruxellois !

Cette année, les inspecteurs anonymes du guide ont visité et recensé plus de 1.280 restaurants. Les lauréats sont nombreux et représentent l’ensemble du territoire belge et luxembourgeois. Quelques nouveautés sont à compter dans les cotations mais aussi les thématiques couvertes par le guide et le cahier spécial Thaïlande.

C’est devant un parterre de plus de 800 restaurateurs, journalistes et partenaires que l’équipe du Guide a présenté sa quinzième édition, une édition jubilaire donc.

La nouvelle la plus attendue était bien évidemment la nomination du chef de l’année, titre qui, cette année, est coiffé par Eric Fernez du restaurant « D’Eugénie à Émilie » à Baudour (Mons).

Au rayon nouveautés, on note un triple changement au sein du système des cotations avec l’apparition des demi-points cette année pour les cotes supérieures à 15/20, la conversion du « Pouce » en une cote de 12/20 et l’homogénéisation des systèmes de toques avec la France et les pays ayant récemment rejoints la famille Gault&Millau. « Cela s’inscrit dans une démarche de collaboration internationale accrue » précise Philippe Limbourg, Directeur de la rédaction.

Une application gratuite ?

« Nous collaborons chaque jour un peu plus avec la quinzaine d’autres pays actuellement déjà franchisés Gault&Millau (de nombreux autres sont en préparation) à travers le monde et la plupart d’entre eux sont également en train de rejoindre la plateforme web consultable depuis le site ou l’application gratuite. Ainsi, aujourd’hui, avec la même application mobile, lorsque vous passez de la France à la Belgique en traversant le Luxembourg, vous pouvez, à tout moment, rechercher les restaurants Gault&Millau proches de vous ou dans une quinzaine de pays franchisés et ce, selon de nombreux critères tels que les jours d’ouverture, le budget, la cote bien sûr ou encore le fait qu’il y ait une terrasse ». 

Les jeunes chefs de l’année

Du côté des lauréats, et des Jeunes Chefs de l’Année, c’est Jo Grootaers (Altermezzo - Tongeren) pour la Flandre, Ludovic Vanackere (Atelier de Bossimé – Loyers) pour la Wallonie et Kenzo Nakata (Gramm – Bruxelles) pour la région bruxelloise, qui sont récompensés.

Les lauréats thématiques suivants ont également été primés :

Hôtesse de l’année : Valérie Barbanson (Philippe Meyers – Braine-l’Alleud).

Chef italien de l’année : Felice Miluzzi (Rossi-Leuven).

Chef asiatique de l’année: Dokkoon Kapueak (Boo Raan – Knokke-Heist).

Terrasse de l’année : Fou d’O (Gand).

Sommelier de l’année : Gianluca Di Taranto (The Jane - Anvers).

Dessert de l’année : l’Eau Vive (Arbre).

Brasserie de l’année : Brabohoeve (Schilde).

Gastro-bistro de l’année : Bruut  (Bruges).

Nouveauté de l’année : Chambre séparée (Gand).

Carte des vins de l’année : Terminus (Watou).

Carte des bières : Edison (Koksijde)

A noter que les adresses ambassadrices du « prix-plaisir » de l’année sont Le 203 (Bruxelles), Siphon (Damme), le baraGoû (Marche-en-Famenne). Les 3 découvertes de l’année étant respectivement le Transvaal (Auderghem), De Stadt van Luijck  (Saint-Trond) et L’Horizon (Chaumont-Gistoux).

Peter Goossens du Hof van Cleve  a été fêté pour ses 15 années de 19.5/20.

Il est le seul a avoir, 15 années d’affilée, obtenu ce score exceptionnel.

Christophe Hardiquest de Bon-Bon confirme ce score hors catégorie pour la troisième année consécutive.

Toujours dans les scores élevés, les principaux mouvements constatés sont une entrée remarquable à 17,5 pour Chambre Séparée de Kobe Desramault ainsi que la montée à la même cote de 17,5 pour d’Eugénie à Émilie, Nuance et le Chalet de la forêt.

En nouveautés à 17/20 on remarquera le Zet’Joe de Geert Van Hecke et la montée à la même cote du restaurant éponyme de Dany Hoorseele.

Le prix d’Artisan de l’année a été décerné à Johan Seghers qui fêtait ses 50 ans de fourneau(x) en 2017 et n’a jamais démérité en autant de temps en matière d’excellence.

Le guide reprend les principaux lauréats des 15 éditions. A la lecture de certains noms, le rôle de dénicheur de talents se révèle comme partie incontestable de l’ADN du guide et fait de cette édition un véritable collector.

Au sein de cette édition également, on peut aussi remarquer un encart spécial de 75 pages « Thaïlande » qui  réunit une foule d’informations et de bonnes adresses pour les amateurs de cuisine thaïe que ce soit en Belgique ou en Thaïlande. Le tout a été développé en partenariat avec le TAT (Tourism Authority of Thaïland) qui a invité pour ce faire, une délégation de Gault&Millau accompagnée de plusieurs grands chefs.

Enfin, l’éditeur gastronomique a lancé récemment les nouvelles adresses POP (pour Populaires) pour lesquelles les finalistes des Awards avaient été annoncés il y a quelques jours. Et les lauréats sont Nona pour Bruxelles, Pépite pour la Wallonie et Bar Palmier pour Anvers.

Pour découvrir cette collection unique de d’ores et déjà plus de 170 adresses, surfez sur

https://be.gaultmillau.com/collections/pop.

Marc Declerck, managing director, signale non sans fierté qu’avec près de 30.000 exemplaires prévendus, Gault&Millau reste de loin le leader belgo-luxembourgeois de son secteur. Il ajoute que Gault&Millau continue d’innover avec plusieurs nouveaux projets, alors que les activités de consultance pour le secteur (hors restaurants) sont en forte croissance. Ceci a permis au groupe de renforcer sensiblement ses effectifs au cours de ces deux dernières années. Plus de détails sur nos nouveaux projets suivront dans les prochaines semaines.

Le guide 2018 se trouve en librairie au prix de 29 euros et peut également être commandé sur le site shop.gaultmillau.be. Le site récemment relifté www.gaultmillau.be et doublé d’une application performante est également en ligne et permet une recherche multicritères inédite de restaurants. Le guide tout comme le site reprennent plus de 1.280 adresses dont pas moins de 130 nouvelles ainsi que près de 180 adresses « POP ».

(Source : https://be.gaultmillau.com)

Philippe Close – Bourgmestre de Bruxelles : « la convivialité de nos quartiers dépendent aussi de la sécurité que nous sommes capables d’y apporter ».

Le Bourgmestre de Bruxelles à lui déclaré que : « le premier droit des citoyens, c’est de vivre en sécurité. Je veux remercier ici la police de Bruxelles qui a géré avec sang-froid et professionnalisme les incidents d’hier soir.

J’ai aussi été exprimer ma solidarité et proposer l’aide de la Ville aux commerçants et habitants dont les biens ont été détruits hier.

Il est inacceptable que les auteurs de trouble ne soient pas rapidement identifiés et je l’espère seront condamnés par la justice.

Le bien-être dans notre Ville et la convivialité de nos quartiers dépendent aussi de la sécurité que nous sommes capables d’y apporter. Ma détermination sur ce sujet est totale ».

Marion Lesmere : Echevine MR des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles :

« Plus que jamais, il est nécessaire de renforcer la présence policière dans le centre ».

Je condamne les émeutes qui ont eu lieu hier soir à Bruxelles. De tout cœur avec les commerçants et habitants qui ont été blessés ou pillés. Je me tiens à leur disposition pour les aider dans leurs démarches. Plus que jamais, il est nécessaire de renforcer la présence policière dans le centre.

Bianca Debaets - Conseillère communale (CD&V) à la Ville de Bruxelles « Une action urgente est nécessaire dans ces quartiers, à seulement deux rues de la Grand Place »

La Conseillère communale (CD&V) à la Ville de Bruxelles condamne fermement les incidents intervenus après un match de football et dénonce « un mauvais visage, après la gestion calamiteuse du dossier du piétonnier ».

"La violence vis-à-vis de la police et les ravages perpétrés sont totalement inacceptables. Il n’y a aucune excuse possible. Je suis heureuse que ces faits ont aussi été fortement dénoncés au sein de la communauté marocaine. J'espère que les coupables seront sévèrement punis", explique la conseillère communale de Bruxelles Bianca Debaets.

"Mais une action urgente est nécessaire dans ces quartiers, à seulement deux rues de la Grand-Place, le quartier est en proie à des gangs de rue. Présence de dealers, scènes d’harcèlement de rue, vols et cambriolages sont monnaie courante. Tous les Bruxellois le savent. Pourquoi le Collège de la Ville a-t-il laissé la situation dégénérer? Les commerçants qui connaissaient déjà une situation difficile dans le centre viennent de recevoir un nouveau coup dur sur la tête. Et un endroit qui compte beaucoup aux yeux des Bruxellois est une fois de plus montré sous un mauvais visage, après la gestion calamiteuse du dossier du piétonnier."

Une question reste en suspens - dans tous les cas, alors que les travaux du piétonnier avancent progressivement et que sa mauvaise image se maintient, n’est-il pas temps de sécuriser le Centre de Bruxelles afin de garantir son hospitalité ?

CT

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite du Bourgmestre de Bruxelles au Centre Horeca Formation

Horeca Formation – un partenaire de la Fédération Horeca Bruxelles !

Le Bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close a pu visiter le centre de formation aux métiers de L’HORECA Horeca Formation Bruxelles/ Horeca Vorming Brussel - Horeca Be Pro.

À cette occasion, il a déclaré que : « depuis le début de mon engagement politique, je suis convaincu que ce secteur peut fournir des milliers d’emplois aux Bruxellois.

Dans ce centre de formation, les syndicats et les fédérations d’employeurs se sont unis pour créer un centre ultra-moderne qui forme plus de 3000 personnes par an et offre plus 150 formations.

Preuve s’il en est que quand les ambitions des uns et des autres s’unissent c’est tout Bruxelles qui gagne !

Cerise sur le gâteau, plus de 70 % des demandeurs d’emploi qui ont suivi ces formations ont décroché un job ! Pour rappel cela fait plus de 40 mois que le chômage régresse en région bruxelloise. On avance !

Pour rappel, chaque mois, le Centre Horeca Formation - Rue de l’Agrafe 68 à 1070 Anderlecht (station métro Aumale) propose un vaste éventail de formations destinées aux travailleurs comme aux gérants d’établissement Horeca. Le programme propose des formations adaptées à chaque fonction et pour tout type d’établissement.

Les formateurs sont des professionnels spécialisés dans leur matière. Les formations se basent sur le vécu professionnel des participants pour proposer des solutions, des outils, des recettes adaptées pour que, dès le lendemain, ils puissent être utilisés sur le terrain.

Intéressé ? Pour les responsables comme pour les travailleurs !

Pour toutes inscriptions ou commentaires :

Rue de l’Agrafe 70 - 1070 Anderlecht

T: 02 550 00 10 - F: 02 512 66 34, E-mail : [email protected] - www.horecaformation.be

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle réglementation liée aux hébergements touristiques

Fin de la période transitoire pour les hôtels et appart-hôtels

Pour exploiter un hébergement touristique en Région de Bruxelles-Capitale, celui-ci doit être enregistré par Bruxelles Économie et Emploi. Les hôtels et appart-hôtels ont bénéficié jusqu’ici de mesures transitoires. Cette période transitoire de deux ans touche à sa fin.

Si l’hébergement n’est pas encore enregistré, il est donc grand temps pour l’exploitant de lancer la procédure.

Comment se mettre en règle ?

  1. Demander son attestation incendie et son attestation d’urbanisme.
  2. S’assurer que son établissement est conforme aux conditions d’exploitation d’un hébergement touristique, y compris les conditions spécifiques aux hôtels ou aux appart-hôtels.
  3. Faire enregistrer son (appart-)hôtel

Rappel des délais

Si l’attestation de sécurité d'incendie ou l'un des certificats de conformité :

  • arrive à échéance avant le 24/04/2018 : L’exploitant doit introduire une déclaration en vue d’enregistrer son hébergementavant la première date d'expiration de ce/ces document(s).
  • est valable au moins jusqu'au 24/04/2018 : L’exploitant est encore couvert par la période transitoire et a jusqu'au 24/04/2018 pour introduire sa déclaration. Cependant, vu le délai nécessaire pour obtenir l’attestation incendie et l’attestation d’urbanisme, il est vivement recommandé d’entreprendre les démarches dès à présent.

Plus d’infos ?

  • Appelez la helpline de Bruxelles Economie et Emploi : +32 (0)2 800 25 00
  • Contactez la Fédération Ho.Re.Ca Bruxelles : [email protected]

(Source SPR Economie)

Pour rappel :

La Fédération Horeca Bruxelles donne régulièrement des conférences juridiques et des conseils spécialisés pour l’investissement, l’exploitation et la mise en règle de votre hébergement touristique.

N’hésitez plus : devenez membre de la Fédération Horeca Bruxelles

Viabilité – rentabilité – qualité – convivialité !

Affiliez-vous en ligne en 1 minute sur notre site http://www.horecabruxelles.be

– Cliquez sur devenir membre, remplissez le formulaire et payez votre affiliation.

Ou contactez-nous sur :

Fédération Horeca Bruxelles Bld. Anspach 111 / 1 -  1000 Bruxelles

Tél. : + 32 2 513 78 14 - fax: + 32 2 503 57 17

E-mail :   [email protected]

Défendez-vous – informez-vous - rejoignez-nous !

Ensemble, faisons vivre l’Horeca !

Horeca TV

Nous Contacter

FR : + 32 2 513 78 14

NL : + 32 2 513 19 87

________________________

Fax : + 32 2 503 57 17

________________________

[email protected]

NOS MAGAZINES EN LIGNE

       

 

 

Recherche par mots-clés