Table ronde

Table ronde : « Le potentiel de développement de l’horeca à Woluwe-Saint-Lambert est réel ».

Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, a rejoint la Fédération Horeca Bruxelles et plusieurs représentants du secteur Horeca lors de la table ronde du 9 décembre 2022 au restaurant d’Ici & d’Ailleurs situé sur le site d’Alma.

Avec ses 59.000 habitants, Woluwe-Saint-Lambert est l’une des communes bruxelloises connaissant la plus forte augmentation de population. En effet, les grandes réserves foncières constructibles en font une commune très recherchée. Par ailleurs, on note un retour vers la ville des seniors qui privilégient la commune pour la facilité des transports, la présence de l’hôpital, de centres commerciaux…

Ces habitants de la seconde couronne vont rarement dans le centre de Bruxelles et cherchent plutôt la proximité des services. Woluwe-Saint-Lambert compte environ 80 établissements horeca et possède un réel potentiel de développement, notamment de par le pouvoir d’achat élevé des habitants. Le site de l’Université se distingue du reste de la commune mais peut compter sur une clientèle très fidèle.

Lors de la table ronde, trois grands points ont été abordés : les questions d’urbanisme, la mobilité et les aides face aux différentes crises rencontrées.

Urbanisme

Olivier Maingain
Olivier Maingain

Les terrasses

Comme dans les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale, les chaufferettes seront interdites en terrasse dès le 1er janvier 2023. Pour répondre à cela, Olivier Maingain évoque la possibilité d’une distribution de plaids auprès des établissements horeca de la commune. Par ailleurs, l’extension des terrasses sur les places de stationnement seront encore autorisées du 1er mai jusqu’au 31 octobre 2023. Cette autorisation pourra être reconduite d’années en années.

Les changement d’affectation des bâtiments

Concernant le changement d’affectation des bâtiments pour ouvrir un commerce, Olivier Maingain annonce suivre la réglementation régionale. Changer de type de commerce est assez simple, la seule réelle difficulté étant liée au passage des pompiers qui ont renforcé leur service de prévention ainsi que le suivi du permis d’urbanisme : ils donnent désormais leur avis sur base d’un plan avant de vérifier sur place que les travaux soient conformes à l’avis donné. Par contre, changer un logement en commerce est plus compliqué et cela reste une affaire régionale.

De gauche à droite : Marco Regina, Inès Voglaire, Hubert de Bellefroid.
De gauche à droite : Marco Regina, Inès Voglaire, Hubert de Bellefroid.

Les travaux

Les travaux au sein de la commune ont également été abordés, notamment ceux sur l’Avenue Georges-Henri où la plupart des bâtiments possèdent des rez-de-chaussée commerciaux. De nombreux investisseurs y développent de nouveaux projets, principalement des commerces de niche, mais l’Avenue reste peu uniforme. Concernant Andromède, la commune travaille pour y recréer un climat de vie sociale avec notamment le renforcement de la sécurité ainsi que de la prévention avec des éducateurs de rue.

L’UCL : Tapage nocturne, propreté et sécurité

La discussion s’est ensuite tournée vers l’UCL : les restaurateur.rice.s soulignent un laisser-aller de l’Université compte tenu des bâtiments et de la commune en général. Dans leur état, les établissements sont un réel gouffre énergétique. Le bourgmestre évoque l’existence de groupes de travail réguliers avec les autorités de l’UCL (c’est notamment à la suite de ces réunions qu’a été créée la caserne de police pour renforcer la sécurité sur le site). Il propose d’organiser des rencontres tripartites où seraient également bienvenu.e.s les commerçant.e.s du quartier. L’une des prochaines discussion pourrait être liée à la simplification des démarches pour les investissements privés dans la production d’énergie (comme l’installation de panneaux photovoltaïques).

Toujours à l’UCL, la commune essaie de trouver un motus operandi avec les cercles d’étudiants. De nombreux points sont discutés, notamment le tapage nocturne et la propreté : plutôt que de distribuer des amendes, le bourgmestre a décidé de donner des travaux d’intérêt général aux étudiants qui auraient des comportements d’insalubrité.

Hugues Herbiniaux
Hugues Herbiniaux

Enfin, les étudiants sont demandeurs d’une plus grande sécurité sur le site : après le développement d’une nouvelle antenne de police, la Commune a déployé sur le site des policiers spécialisés en déposition pour une meilleure prise en charge et suivi de potentielles victimes. L’installation de caméras de surveillance est également en cours. Olivier Maingain souhaite développer le travail de prévention et le dialogue pour identifier les fauteurs de trouble et apaiser la vie au sein du campus.

La propreté

Dans certains quartiers, Bruxelles Propreté va reprogrammer la collecte des poubelles en soirée (vers 21h – 22h) pour éviter leur destruction par les renards durant la nuit. La commune suggère la limitation des déchets organiques (grâce aux incinérateurs) et souhaite imposer l’usage de containers. Lorsque Marylin Hottat évoque l’option des poubelles souterraines, Olivier Maingain s’y dit très favorable, notamment dans les nouveaux quartiers. Ce projet doit être relayé auprès du ministre.

Mobilité

Hubert de Bellefroid
Hubert de Bellefroid

Le stationnement payant

Les horodateurs dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert fonctionnent en journée jusqu’à 18h et offrent 20 minutes de stationnement gratuit. Dans certaines zones, l’horodateur est supprimé durant le temps de midi (de 12h à 14h) pour favoriser l’accès aux consommateurs : c’est notamment le cas de la Place Saint-Lambert ainsi que la partie basse de l’Avenue Georges-Henri.

Les livraisons

Le manque d’accessibilité de certaines zones pour la livraison a été évoqué. Olivier Maingain a rappelé l’existence d’une carte professionnelle disponible à 200 euros l’année et permettant les livraisons rapides dans des zones difficilement accessibles.

Marco Regina
Marco Regina

Les trottinettes

La Région demande la suppression de places de parking pour développer des drop zones au sein des communes. Olivier Maingain refuse cela et préfère enlever les trottinettes mal parquées et facturer ce déplacement à l’opérateur. Il espère que cela encouragera ces derniers à se discipliner.

L’accessibilité du campus

Le bourgmestre a également parlé de l’existence de groupes de travail pour la mobilité sur le campus. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 30.000 personnes qui arrivent quotidiennement sur le site et l’ouverture prochaine du nouvel hôpital général amènera encore plus de monde. Un projet de ligne de tram reliant Meiser, la Cité des Médias et Alma ainsi qu’un système de navette automatisée sur le site sont en cours de développement et devraient voir le jour entre 2030 et 2035.

Aides face à la crise

Lorsque Hubert de Bellefroid pose la question des aides disponibles pour le secteur de l’horeca face aux différentes crises rencontrées (indexation, hausse du coût des matières premières, énergie…), Olivier Maingain déclare qu’entre la revalorisation barémique des services sociaux et de la police ainsi que l’augmentation des personnes bénéficiant des aides du CPAS, les finances communales sont en difficulté. Il évoque néanmoins deux primes communales : l’une liée à la rénovation d’immeubles (jusqu’à 50 .000 euros) et l’autre à la rénovation des vitrines et enseignes (environ 1/3 du montant de l’investissement).

De gauche à droite : Marilyn Hottat, Marco Regina, Ines Voglaire, Olivier Maingain, Hubert de Bellefroid, Hugues Herbinaux.
De gauche à droite : Marilyn Hottat, Marco Regina, Ines Voglaire, Olivier Maingain, Hubert de Bellefroid, Hugues Herbinaux.