Coronavirus

Edito : “Il n’y a pas de responsable, que des victimes”.

101views

BAILLEURS vs LOCATAIRES

Chères et chers Collègues,

La fermeture de nos entreprises

Nul d’entre nous n’a connu une situation aussi grave, et ayant un tel impact sur nos entreprises, que celle de la crise sanitaire mondiale liée au Covid 19.

Les mesures, imposées par le Conseil national de Sécurité et menant au confinement et à la fermeture de nos entreprises, sont inédites.

L’inactivité forcée de nos établissements a eu des effets directs sur les rentrées financières des exploitants, avec des répercussions immédiates sur les propriétaires bailleurs et leurs locataires.

L’aspect juridique

Notre service juridique a publié sur nos réseaux une analyse précise et complète de la Loi et de ses conséquences sur les rapports entre bailleurs et locataires.

Vous pouvez en prendre connaissance dès aujourd’hui. C’est une longue analyse, complète et instructive qui vous informera parfaitement sur les droits de chacun et la situation aujourd’hui.

-> Bail commercial : quelles sont les solutions pour les loyers ?

Conciliation et bon sens

Indépendamment des textes de Loi régissant les obligations et les droits de chacun, j’en appelle à la conciliation et au bon sens qui fait la réputation de notre pays.

« On ne fait pas saigner une pierre », un locataire qui n’a plus de rentrées ne pourra pas honorer ses charges, dont le respect de son bail.

Reporter le paiement à plus tard, sans donner l’occasion de « se remettre en selle » n’a pas de sens.

Sans rentrées, la somme qu’on ne peut donner aujourd’hui ne pourra être donnée demain.

C’est une évidence. C’est un message dur à entendre pour un propriétaire vivant d’un loyer et ayant également des emprunts à rembourser, mais il n’y a pas de responsable, dans un cas de force majeur, comme celui-ci, il n’y a que des victimes.

Nous devons tous être solidaires dans le malheur. Pour nous en sortir, nous devrons « mettre de l’eau dans notre vin » et dans beaucoup de cas, il y aura plus d’eau que de vin. Exiger son « dû » à tout prix et en appeler à la Justice est un leurre.

J’invite les « parties concernées » à se mettre « autour de la table » afin de trouver ensemble la façon de faire face à cette horrible crise. Il est important, de se concentrer sur l’avenir pour reconstruire ensemble, bailleur et locataire, un avenir radieux pour chacun.

L’avenir.

Si nous voulons nous inspirer de la célèbre phrase prononcée par le grand homme politique anglais, Churchill, « Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur », nous devons nous convaincre qu’une situation dramatique comme le fut celle de la Guerre mondiale 39-45 a débouché sur des périodes de prospérité comme le furent les célèbres « Golden Sixties ».

Notre courage et notre professionnalisme nous « sortiront » incontestablement de l’horrible période que nous vivons actuellement et nous conduirons, je l’espère, vers une nouvelle période de prospérité.

Avec tout mon respect et ma considération.
Prenez bien soin de vous et de vos proches.

Philippe Trine
Président Fédération Horeca Bruxelles.

Plus d’informations ? 

-> Bail commercial : quelles sont les solutions pour les loyers ?

-> Contrat de brasserie – quelles sont les solutions ?

-> Hébergements touristiques : quelles sont les solutions pour les loyers ?

Ce site web utilise des cookies pour certaines fonctionnalités et recueille des données d'analyse pour améliorer votre expérience.