ActualitésCoronavirus

Respectons strictement les règles partout, afin de garantir la stabilité des entreprises et de pouvoir continuer à prendre du bon temps !

197views

Les chiffres du coronavirus continuent d’augmenter et le Comité de concertation se réunit à nouveau plus tôt que prévu. Les entrepreneurs du secteur de l’horeca, encore occupés à récupérer des dix-huit derniers mois, sont inquiets.

Les trois fédérations horeca, Horeca Vlaanderen, Horeca Bruxelles et Horeca Wallonie, appellent dès lors chacun du fond du cœur à respecter scrupuleusement toutes les règles. “Si nous voulons vaincre le virus, nous devons être unis”.

Même si, en réalité, nous en avons tous plus qu’assez. Par respect pour les soignants, mais aussi pour les entrepreneurs qui voient de nouveau la menace planer sur le travail de toute une vie. S’il vous plaît, respectez strictement les règles partout, afin que l’horeca puisse continuer à animer notre société, sans mesures supplémentaires de limitation de la capacité, y compris pendant la période des fêtes », implore Fabian Hermans, CEO d’Horeca Bruxelles 

Trois éléments importants permettent de passer de bons moments en toute sécurité dans les établissements du secteur de l’horeca : l’appareil de mesure du CO2 qui doit être bien visible dans l’établissement et doublé d’un plan d’action en cas de taux élevé, les masques obligatoires pour le personnel et le Covid Safe Ticket qui est scanné à l’intérieur. 

Les trois fédérations horeca constatent que de très nombreux établissements s’appliquent à respecter toutes les mesures, mais qu’ici et là, l’attention faiblit tandis que cette période s’éternise. Elles appellent dès lors chacun à respecter ces trois règles d’or. 

Une vie nocturne sûre et le CST aussi pour les plus petites fêtes 

Pour les fédérations horeca, il est important que les établissements du monde de la nuit, qui n’ont repris leur activité que depuis six semaines après un an et demi de fermeture, puissent aussi continuer à travailler. Tester les clients à la porte de l’établissement, en plus de leur demander leur CST, c’est aller trop loin, estime la Commission Nightlife, composée d’exploitants de discothèque. Cette mesure est irréalisable dans la pratique et incitera les gens à faire plutôt la fête chez eux.

La Commission Nightlife a dès lors proposé, tant que les chiffres ne s’améliorent pas, d’accueillir dans les dancings et les discothèques uniquement les personnes ayant reçu leurs deux doses de vaccin et celles guéries du Covid pouvant présenter un certificat de rétablissement. 

« Nous prenons les devants, car les chiffres augmentent. Nous souhaitons récompenser les personnes vaccinées et réduire quelque peu le risque. Les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner pourront revenir lorsque la pandémie aura à nouveau reculé. Pour l’instant, la sécurité d’emploi dans notre secteur est le plus important. » 

La Commission Salles de fêtes et Traiteurs propose en outre d’appliquer dans ces endroits la réglementation actuellement en vigueur pour les restaurants et les cafés, à savoir la présentation du CST pour y accéder, afin de viser ainsi une uniformité. 

« Nous souhaitons utiliser le Covid Save Ticket lors des fêtes de naissance, des fêtes de mariage et d’autres fêtes privées dans nos salles. La législation ne l’impose pas pour l’instant, mais nous voulons que les mêmes règles soient appliquées, car les chiffres sont mauvais. Il y a trop de confusion dans la pratique actuellement. » 

Fabian Hermans, CEO d’Horeca Bruxelles : « En tant que citoyens, nous sommes maîtres de la manière dont nous réagissons face à cette quatrième vague. C’est pour cela que nous appelons du fond du cœur chacun à respecter scrupuleusement les règles. Personne ne veut revenir à une situation telle que celle que nous avons connue l’année passée, ni faire des tests rapides à la porte des établissements ou se soumettre à d’autres restrictions. Ce n’est vraiment plus possible pour les entrepreneurs de l’horeca. » 

fr_FRFrench