Actualités

Table ronde avec Sven Gatz

Des soutiens nécessaires à la revalorisation et au développement du secteur de l’Horeca.

 

A l’occasion de la Table ronde du 10 juin 2022, tenue au restaurant « French Kiss » à Jette, la Fédération Horeca Bruxelles, représentée sa Présidente Ludivine de Magnanville et son Vice-Président Hubert de Bellefroid, ont rencontré Monsieur Sven Gatz, Ministre des Finances, du Budget, de la Fonction Publique et de la Promotion du multilinguisme au sein du gouvernement bruxellois, ainsi que son conseiller, Monsieur Laurent Van Der Elst.

Comme à l’accoutumée, quelques entrepreneurs étaient conviés cette table ronde.

La discussion a été axée sur les projets futurs et la nécessité d’aide de la région envers le secteur de l’Horeca.

 

Inflation : quelles seront les réactions du gouvernement régional ?

L’inflation est un fléau pour nombre de secteurs et milieux, et l’Horeca ne fait pas exception en étant disproportionnellement touché par celle-ci. Notre secteur a souffert de la hausse générale des prix des denrées, ceux de l’énergie ainsi que de l’indexation salariale.

Etant donné l’incertitude du gouvernement régional quant aux aides pouvant être disponibles à l’avenir – le Ministre précisant qu’aucune décision n’est actuellement sur la table des négociations -, une chose a pourtant été clarifiée : la région a conscience des pertes financières et indique que les subventions liées au COVID sont encore disponibles et représentent les seules aides actuellement disponibles.

Concerné par cette question, Brusoc (*), Société Régionale d’Investissement de Bruxelles représentée Hamed Abdelhadi, a tenu à s’exprimer sur les aides mises à disposition afin de rassurer et de soutenir le secteur.

Fort de l’attribution de 33 Mios € en prêts sur 1000 entreprises (dont 33% d’Horeca), Brusoc déploie, pour la première fois, une aide unique pour notre secteur : jusqu’à 100 000 € de prêt, avec un taux d’intérêt de 2% à 4%, pour tous types d’investissements, ainsi qu’un accompagnement pour introduire la demande et finaliser le dossier.

 

La santé du secteur Horeca au centre des discussions

Notre secteur souffre actuellement d’un manque de valorisation de son personnel. A Bruxelles comme partout en europe, l’horeca connaît une pénurie de personnel inquiétante. Il y a lieu d’aménager les horaires, revaloriser les salaires et défiscaliser les heures supplémentaires eu égard au manque de candidats compétents.

Créer une entreprise horeca n’est pas chose aisée et se lancer dans l’aventure demande un accompagnement.

En 2016, une nouvelle loi imposait l’installation d’un Système de Caisse Enregistreuse (SCE) certifié par le Ministère des Finances accompagné d’un Fiscal Data Module (appelé « black box » ou « witte kassa »). Cette mesure était sensée assainir le secteur de la restauration. Force est de constater que, 6 ans après, nombre d’entreprises ne l’ont pas branchée en région bruxelloise (estimation : 40%).  Cela crée une distortion du marché et une concurrence déloyale malsaine. Il est donc important que les règles soient les mêmes pour tout le monde.

C’est la responsabilité des restaurateurs de jouer le jeu comme de celle des autorités de faire respecter les règles.

Si chacun déclarait la totalité de sa recette, cela améliorerait la santé de nos entreprises et des finances publiques et par ailleurs la protection de nos travailleurs. Cela nous aiderait également à négocier des aménagements du coût du travail.

La Fédération demande donc, afin de protéger le secteur, que le gouvernement régional mette la pression au niveau fédéral pour augmenter les contrôles des systèmes de caisse, les rendre pédagogiques et  plus efficaces.

En attendant, pour récompenser ceux qui jouent le jeu, nous relayons la proposition peu coûteuse pour l’Etat de rendre déductibles à 100 % les notes TVA émises par un SCE certifié.

 

De futurs projets ?

Au sujet des craintes d’une fermeture de l’Horeca à l’automne et des conséquences qu’elle aurait sur le secteur, le gouvernement régional admet qu’une re-fermeture serait un bain de sang et que cette option n’est pas sur la table. L’évocation du futur fut plutôt optimiste.

Plusieurs aides sont souhaitées et ont été discutées, comme des avantages plus flexibles pour les employés, une défiscalisation des heures supplémentaires prestées ainsi qu’une augmentation des plafonds pour les bonus à l’emploi. L’aménagement logique du taux de TVA de 21% à 12% pour les boissons non-alcoolisées a également été évoqué.

Le développement et l’attractivité furent les points centraux des idées évoquées : notamment l’interdiction du chauffage terrasse afin de réduire l’impact écologique et les coûts, qui est en cours de test notamment dans les communes d’Ixelles et Woluwe, mais également avec le projet d’organisation d’évènements communs au sein de l’Horeca bruxellois. Des efforts, faits au bon moment, serviront son intérêt.

 

(*) Brusoc : https://www.finance.brussels/