ActualitésCoronavirus

Le formulaire pour la prime de 3.000 euros pour les cafés et restaurants bruxellois est disponible !

523views

-> inscrivez vous pour bénéficier de cette prime de 3000 euros pour les restaurant et cafés de la région de Bruxelles.

-> Enregistrez vous avant le 4 décembre pour en bénéficier. 

-> une réponse aux demandes de la Fédération Horeca Bruxelles.

Sur proposition de la Secrétaire d’Etat chargée de la Transition économique, Barbara Trachte, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a approuvé ce jeudi 12 novembre, en seconde lecture, le projet d’arrêté relatif à une aide aux « cafés et restaurants » dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19.

Cette aide vise à soutenir financièrement, via une prime unique de 3.000 euros, les établissements suivants obligés de fermer suite aux mesures de crise : les restaurants, cafés et bars, les débits de boisson, les salons de thé, les buvettes. Cela concerne environ 8.500 établissements, pour un budget total de 26 millions d’euros.

Le formulaire pour introduire la demande de prime sera disponible à partir de mardi 17 novembre sur le site de Bruxelles Economie Emploi : www.primecovid.brussels.

Les conditions précises d’octroi de la prime de 3000 euros ?

Précisément, sont éligibles à la prime, les entreprises possédant le ou les codes NACE TVA suivants :

  • 56.101 Restauration à service complet
  • 56.102 Restauration à service restreint
  • 56.301 Cafés et bars

Les entreprises concernées pourront toucher la prime pour leurs unités d’établissement en Région de Bruxelles-Capitale, avec un maximum de cinq établissements, à condition qu’il s’agisse d’établissements actifs.

 Les entreprises qui ne respectent pas ou qui n’ont pas respecté l’obligation de fermeture ne peuvent prétendre à cette prime à l’exception des entreprises qui ont organisé de la restauration à emporter dans le respect des mesures en vigueur.

Barbara Trachte : « Le secteur de l’Horeca paye un lourd tribut à la crise”.

Les cafetiers et restaurateurs sont les premiers à avoir dû fermer suite aux décisions d’ordre sanitaire liées à la deuxième vague du virus. La prime régionale de 3.000 euros qui leur est destinée doit à présent les aider à supporter certains frais fixes qui ne sont pas couverts par les aides fédérales comme le droit passerelle ou le chômage temporaire.

Entretemps, d’autres commerces ont également dû fermer suite aux décisions du Comité de concertation du 30 octobre. Le Gouvernement bruxellois travaille actuellement à les soutenir via de nouveaux mécanismes d’aides », explique Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique

Ce site web utilise des cookies pour certaines fonctionnalités et recueille des données d'analyse pour améliorer votre expérience.