• Paulo Tomaz
  • Pas de commentaire

La TVA à 12% dans le secteur Horeca

En 2014 la TVA passait de 21 à 12 % dans l’HORECA. Sauf pour les boissons. Le but était double : créer de l’emploi et lutter contre la fraude fiscale. Malgré les critiques médiatiques et politiques, fréquentes et totalement injustifiées, la mesure montre des résultats encourageants.

Une baisse du taux de TVA: cela fonctionne! On ne le redira jamais assez ! La diminution de la TVA fait son effet ! Le secteur HORECA  relève la tête. Il a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires de 6,04 %, les revenus globaux dans le secteur ont augmenté de 8,61 % lors du premier semestre 2010 pour un montant de 480 millions d’euros. Le nombre d’emplois a lui augmenté de 5,9 % (4.804 unités) alors que tous les autres secteurs ont vu leurs chiffres stagner et le nombre de leurs emplois diminuer.

C’est très encourageant pour l’Horeca mais il reste encore du travail à réaliser. En outre, malgré les résultats positifs et l’investissement réalisé par le gouvernement,  aucune étude n’a été menée par l’administration pour démontrer que cette augmentation d’emplois est bien effective et due à la baisse de la TVA.   Baisse du chiffre d’affaires dans les cafés, absences d’études, campagnes médiatiques…

La décision de l’arrêt de la cigarette dans les cafés a été prise sans aucune absence étude préalable sur les conséquences économiques ni campagnes médiatiques de soutien à un secteur si particuliers de notre pays …

Des problèmes bien présents pour nombre de famille d’exploitants ! Des politiques qui ne suivent pas ! Si notre Ministre des finances se montre positif quant à la baisse du taux de TVA dans notre secteur en estimant la réelle importance de celle-ci sur l’augmentation du Chiffre d’Affaires et sur l’accroissement du nombre d’emplois,  curieusement, la Ministre de l’emploi, Madame Milquet maintient qu’ « il est encore trop tôt » pour tirer un bilan définitif » mais invoque son plan « Win-Win » pour expliquer les bons résultats de la baisse de la TVA.

Faisant fi des ses obstacles, l’Horeca se doit d’être uni pour faire entendre sa voix.  La Fédération Horeca se doit de préparer l’avenir et la suite du programme de restructuration du secteur avec un taux de TVA à 6%. Elle se dit préoccupée par la problématique des caisses enregistreuses et insiste, comme toutes les personnes concernées par l’emploi dans notre pays, pour une diminution indispensable des charges patronales. Des projets et des dossiers qu’elle mènera avec détermination.

Laisser un commentaire