Travaux de l’Îlot Sacré – impasse ou nouveau départ ?

Published in Restaurants
Written by  11 juin 2018
Rate this item
(0 votes)

L'avenir de l'îlot Sacré ?

L’Îlot Sacré en pleins travaux se transforme et avec lui une image « racoleuse » et « attrape touriste » qui lui colle à la peau et entache l’image de la gastronomie bruxelloise dans son ensemble.

Une histoire bruxelloise

L’Îlot sacré ou le ventre de Bruxelles,

ces deux expressions sont communément employées pour désigner ce quartier central si particulier de notre ville.

À deux doigts de la Grand-Place, trois petites rues, qui ne viennent et qui ne donnent nulle part, forment ce que le » bon peuple de Bruxelles » à appeler « le ventre de Bruxelles » ou, mieux encore, « l’Îlot sacré ».

Pourquoi ces noms ?

Curieusement, 3 rues ont depuis longtemps convergé à cet endroit sous le même nom de « rue des bouchers » : « La rue des Bouchers », la « rue des Dominicains » anciennement une partie de la rue des Bouchers, et  «la petite rue des Bouchers », qui a gardé son nom jusqu'à aujourd'hui.

Au Moyen Âge, ces rues étaient peuplées de charcutiers, « saucissiers », tripiers, et de quelques «bouchers»  qui, à l'origine, ne pouvaient vendre que du "bouc" et du mouton. Le commerce de la viande de bœuf étant réservé à la "Grande Boucherie ».

La rue des bouchers fut rendue célèbre dans les années 1920 par les chansonniers et, en particulier, par le chansonnier flamand Jean de Baets grâce à son œuvre de quinze couplets intitulés «In de rue des Bouchers».

À la Belle Époque, cette rue abritait plus de petits cafés-concerts que de restaurants. Au premier étage du numéro 30 se trouvait le club de jazz "la rose Noire", où Jacques Brel connut ses premiers succès en 1953. Malheureusement, ce célèbre cabaret dut fermer ses portes en 1961 pour des raisons de sécurité. L'immeuble fut racheté en 1963 par le restaurant les « Armes de Bruxelles » qui désirait s’agrandir. Le plus célèbre restaurant de la rue « Aux Armes de Bruxelles », fut acheté en juillet 1921 par la famille Veulemans. Il fut géré sans interruption par la même famille depuis cette date.

La rue des Dominicains fut percée au début du 18e siècle, sur des jardins potagers appartenant aux pères dominicains.

La rue des Dominicains a toujours été une rue animée, commerçante, mais peu bourgeoise. Au numéro 8-10, au Restaurant Vincent, on peut toujours admirer les murs et les plafonds couverts de carreaux de faïence réalisés par l'atelier artisanal de l'architecte Célestin Helman en 1913. Le tarif détaillé de l'époque est toujours visible : pour quelques francs belges, on avait droit à un bon repas ...

Situées en plein cœur de l'Îlot sacré, ces trois rues ont toujours connu un grand nombre de cafés, de restaurants et de petits hôtels.

Des établissements à la renommée internationale !

Le temps a passé, les propriétaires prenant de l’âge, les différents établissements furent vendus.

Restèrent les grands établissements, à la réputation devenue internationale après la Seconde Guerre et la venue des touristes, aux Armes de Bruxelles, chez Léon, Vincent.

De nouveaux établissements furent créés dans ce quartier devenu « mythique », chez Léon, l’Ogenblik, le Scheltema, etc.

Une image « racoleuse », « bric-à-brac » et « attrape-touristes » ?

Les autres établissements de la rue prirent une « tournure » moins intéressante aux yeux des gastronomes et Bruxellois bons vivants.

Des terrasses poussèrent comme des champignons faisant fi de toutes mesures de sécurité et empêchant le passage des camions de pompiers. Des accidents furent évités de justesse.

De plus, le racolage fit son apparition donnant une image déplorable des établissements de la rue. 

Ce quartier étant fréquenté en grande partie par des touristes, cette impression de « bric-à-brac » fut particulièrement dommageable pour le quartier et pour Bruxelles en général.

Impasse et nouveau départ ?

Devant cette dégradation, la Ville de Bruxelles a décidé de prendre des mesures et entama de grands travaux de rénovation.

En 2017, le chantier relatif au réaménagement des 3 rues principales : rue des Bouchers, petite rue des Bouchers et rue des Dominicains ainsi que des voiries de plusieurs ruelles de l'Îlot sacré : rue d’Une Personne, rue du Marché aux Peaux, de l’impasse de la Fidélité, de l’impasse de la Tête de Bœuf et de l’impasse du Chapelet.

L’annonce a été faite officiellement par  l'échevin de l'Urbanisme et du Patrimoine Geoffroy Coomans de Brachène ainsi que par l'échevine des Affaires Économiques Marion Lemesre (MR).

Ce réaménagement a pour but de pallier l'état de délabrement et de dégradation important du revêtement des voiries du quartier ainsi que d'harmoniser les matériaux avec ceux des rues adjacentes du périmètre du patrimoine UNESCO.

Des pavés en grès de Meuse ou de porphyre remplaceront les clinkers en terre cuite actuels datant de 1970.

Ce nouveau revêtement permettra d'améliorer sensiblement l'accessibilité des lieux pour les piétons et les personnes à mobilité réduite.

Un nouvel éclairage sera placé en façade pour remettre celles-ci en valeur.

L'actuel éclairage est suspendu, dans l'axe des voiries, ce qui était justifié par la présence de nombreux auvents et tentes solaires illégales, prohibés en mai 2016 par un arrêté du bourgmestre.

Le nouvel éclairage permettra également de réintégrer des décorations lumineuses dans l'Îlot sacré lors de périodes et d'événements particuliers.

Le chantier des impétrants (Sibelga, Proximus, Vivaqua Distribution et Vivaqua Assainissement) ont également commencé et devrait se terminer fin 2018.

Les travaux de réaménagement de façade à façade en tant que tels (chantier Ville de Bruxelles) devraient commencer en 2018 et se terminer un an plus tard.

Rendre à l’Îlot Sacré son lustre d’antan !

La Fédération Horeca Bruxelles apporte son appui aux décideurs de la Ville afin de redonner à ce quartier le lustre qu’il n’aurait pas dû perdre.

Il est indispensable de trouver de vrais investisseurs professionnels pour rejoindre les grandes et belles maisons qui ont traversé des époques parfois difficiles.

La Ville de Bruxelles a décidé de « prendre les choses en main » dans l’intention de refaire de ce quartier ce qu’il aurait toujours dû rester, « le Ventre de Bruxelles dans l’Îlot sacré » !

Horeca TV

Nous Contacter

FR : + 32 2 513 78 14

NL : + 32 2 513 19 87

________________________

Fax : + 32 2 503 57 17

________________________

[email protected]

NOS MAGAZINES EN LIGNE

Webp.net resizeimage    Webp.net resizeimage 2   Webp.net resizeimage 3

 

 

Recherche par mots-clés