Restaurants

Denis Ducarme – « C’est en écoutant les restaurateurs qu’on trouve des solutions »

874views

Toujours à l’écoute du secteur Horeca bruxellois et de ses nombreuses difficultés, la Fédération Horeca Bruxelles en la personne de son Président Yvan Roque et de l’équipe d’Horeca Tv a répondu présent à l’invitation du Ministre bruxellois des Indépendants et de PME – Monsieur Denis Ducarme, accompagné de nombreuses personnalités politiques.

 

Coller à la réalité du secteur !

Le Ministre Ducarme a ainsi voulu « en tant que Ministre, ne pas rester dans sa tour d’ivoire » et coller au plus près à la réalité des indépendants dans l’Horeca bruxellois en allant à leur rencontre et en écoutant leurs attentes.

En effet, entre l’omniprésence des commentaires négatifs, les charges salariales et administratives,  la mobilité bruxelloise, le SCE Module Data, les normes de l’AFSCA et ses contrôles et la difficulté, sans cesse croissante, à trouver du personnel formé et motivé, les restaurateurs comme les cafetiers bruxellois ne savent plus ou tourner de la tête, ni comment créer leurs marges bénéficiaires.

Pour ces professionnels et la Fédération Horeca qui les représente,  l’Horeca, secteur clé de l’hospitalité, du tourisme et de l’attractivité bruxelloise, est à un point de rupture.

« Mathématiquement impayable »

Horeca Tv a interrogé le propriétaire du restaurant du lieu de la rencontre –  la Cueva De Castilla/ Al Matbakh – Roberto Ponte, qui nous a décrit, « après les évènements du 22 mars, une frontière psychologique, le fait que beaucoup de monde n’ose plus venir à Bruxelles, les problèmes de mobilité avec des travaux partout et l’impression de ne plus savoir rentrer dans Bruxelles, l’obligation de recréer une nouvelle clientèle avec la clientèle locale qui ne suffit pas face à l’obligation de faire du chiffre et  le personnel ».

Il décrit la situation de l’Horeca bruxellois comme « mathématiquement impayable » et pose la question « jusque quand cela va tenir ? »

Selon lui, la base du problème réside dans les frais. « Il faudrait que l’Horeca soit mis à part, baisser les charges sociales, l’ONSS. Nous sommes le seul secteur dans lequel si la vente ne se réalise pas directement, elle est perdue. On ne peut jamais rattraper. Il faudrait créer une nouvelle commission d’ONSS, de frais en disant que l’Horeca est ce qu’il est. Le matin alors que je n’ai pas ouvert ma porte, j’ai déjà 1200 de chiffre à faire que pour le personnel à faire pour 5 personnes. Sans compter, la marchandise, les frais, la sabam, le téléphone, l’électricité…»

« Trouver des solutions qui permettent de travailler plus aisément, avec moins de charges et de lourdeurs ».

Dans ce contexte,  le Ministre Ducarme a décrit cette rencontre « comme une réunion de proximité afin d’écouter  les indépendants et les restaurateurs sur les différentes difficultés en termes de charges et lourdeurs administratives, des changements d’habitude des consommateurs, des difficultés de parking… auxquels ils sont confrontés et de trouver des solutions qui permettent de travailler plus aisément, avec moins de charges et de lourdeurs.

 C’est en écoutant les restaurateurs en direct  qu’on trouve des solutions concrètes ! Depuis que j’ai pris la charge des Indépendants et des PME, j’ai très souvent des réunions de cet ordre-là ».  

Ce site web utilise des cookies pour certaines fonctionnalités et recueille des données d'analyse pour améliorer votre expérience.